Search

Here are the profiles of the best investors in startups

Le problème des profils purement financiers, c'est que leur sensibilité au marketing, au branding, aux univers de marques est souvent limitée. Or, c'est, dans de nombreux cas, l'un des actifs stratégiques des startups : arriver à créer une demande autour d'une proposition de valeur forte, superbement mise en avant, un produit "fittant" parfaitement avec son marché.


Les meilleurs investisseurs en startups que je connais sont des gens qui ont une bonne compréhension et lecture marketing au sens large : ils savent reconnaître un excellent produit, une excellente UX/UI, un besoin pas bien adressé jusqu'alors et en quoi les détails du business model font que le projet a de fortes chances d'être un succès.


Les meilleurs investisseurs en startups sont ceux qui parviennent à entrer dans les détails d'un business model, du produit au service client en passant par les canaux de distribution, sans faire preuve d'aucun dogmatisme. C'est d'autant plus difficile que les investisseurs voient passer des centaines ou des milliers de projets chaque année et qu'il est tout à fait humain de faire des comparaisons hâtives et de se raccrocher à des cas que l'on a vus plusieurs fois.


Ayant récemment lu "Angel" de Jason Calacanis, je vous mets ici plusieurs extraits qui m'ont semblé pertinents :


- "Bien qu'il soit totalement fou de faire chacun de ces paris sur une base individuelle, il est encore plus fou de ne pas en faire cent."


- "J'investis dans des gens qui construisent des choses, pas des gens qui parlent de construire des choses."


- "Je ne l'ai pas vu, parce que j'étais un snob des blogs. J'avais vendu ma société de blogging, Weblogs, Inc. à AOL pour 30 millions de dollars peu avant l'invention de Twitter et je pensais savoir mieux que quiconque comment cette merde fonctionnait."


- "N'oubliez pas que vos concurrents [les autres BA] ne prennent pas au sérieux les réunions avec les fondateurs parce qu'ils pensent, à tort, qu'ils ont le pouvoir."


- "Votre défi n'est pas de faire les chèques, c'est de convaincre les bons fondateurs de les encaisser."


- "Il y a de très, très mauvaises réponses à la question "Pourquoi faites-vous cela ?" Les deux pires réponses, que vous entendrez souvent, sont "Pour faire de l'argent" et "Parce que INSERT-SUCCESSFUL-COMPANY-NAME-HERE ne le fait pas". Si les gens créent une startup pour gagner de l'argent, ils finiront par abandonner quand ils se rendront compte qu'il existe de meilleures façons de gagner de l'argent plus rapidement et avec plus de certitude. Si vous voulez gagner beaucoup d'argent, il vaut mieux être un programmeur de classe mondiale dans un secteur vertical très ésotérique et très demandé et faire en sorte que Google ou Facebook vous donne plus d'un million de dollars par an en actions et en espèces pendant dix années consécutives. Vous n'avez pas d'inconvénient, vous pouvez travailler quelques heures par jour, et vous avez de la nourriture gratuite à volonté."


- "Google était le douzième moteur de recherche. Facebook était le dixième réseau social. iPad était la vingtième tablette. Ce n'est pas qui arrive en premier. C'est celui qui arrive en premier quand le marché est prêt."


- "Si vous [en tant que BA] parlez plus de 5 % du temps pendant la première moitié de la réunion, vous vous y prenez mal et vous n'extrairez pas les informations dont vous avez besoin pour prendre votre décision d'investissement."


- "D'après mon expérience, se lancer trop tôt est l'erreur cardinale des nouveaux investisseurs providentiels. Voici ce que je vois sur le marché - au dos de l'enveloppe - et cela devrait vous faire réfléchir : 99 % des personnes qui écrivent une idée au dos d'une serviette de table ne la réalisent jamais. 95 % des personnes qui rédigent un plan d'affaires ne le mettent jamais à exécution. 90 % des personnes qui construisent un prototype ne construisent jamais un MVP. 80 % des personnes qui construisent un MVP ne font jamais de test bêta. 80 % des personnes qui font un test bêta ne l'incorporent jamais. 95 % des personnes qui réussissent un test bêta ne lèvent jamais de fonds."


- "Les évaluations sont importantes, mais le plus important est de conclure les meilleures affaires."


- Un investisseur en capital-risque peut investir dans une ou deux opérations par an et rejoindre le conseil d'administration de chaque entreprise jusqu'à ce qu'il siège dans huit ou dix conseils. Vous [BA] investirez dans cinq à quinze startups par an et ne rejoindrez aucun conseil."


- "Cependant, comme nous l'avons vu avec des fraudes géantes comme Enron, Bernie Madoff, et maintenant l'effondrement spectaculaire de Theranos, même ces vérifications des antécédents ne peuvent rien révéler si c'est la première fois que les fondateurs sont pris la main dans le sac."


- "Ce que vous voyez ici est un modèle. Les fondateurs croient qu'un événement magique va sauver la startup, que ce soit l'ajout d'une fonctionnalité, d'un membre de l'équipe ou d'un client. Vous devez vous poser deux questions lorsqu'on vous présente cette stratégie. Premièrement, est-il vrai que cet événement unique va changer leur trajectoire ? Deuxièmement, est-il possible d'atteindre cet événement compte tenu de ces ressources supplémentaires ?"


- "Je compare la gestion de startups ou l'investissement providentiel dans celles-ci à être jeté dans un grand gymnase, dans le noir complet, avec un seul interrupteur. Vous tâtonnez dans le noir, n'ayant aucune idée de ce que vous faites, jusqu'à ce que vous trouviez un minuscule interrupteur, que vous l'actionniez et que tout soit révélé."


Corentin Orsini - fondateur de Super Capital et Angel investor


To receive 1 or 2 great startup investment opportunities every Wednesday, register your email here >>

5 views0 comments